couverture communique specialDepuis plusieurs jours, l'Alsace est concernée par un épisode de chaleur estivale habituel pour une mi-avril. Plusieurs records de températures ont déjà été battus et d'autres pourraient bien encore suivre ce week-end qui marquera le paroxysme et la fin de ces premières chaleurs printanières.

 

Un puissant anticyclone s'est constitué sur l'ensemble de l'Europe. Il est centré entre l'Allemagne et la Pologne, ramenant à la fois de l'air très doux du sud-est en altitude (jusqu'à 14°C relevés à 1500 m) et permettant aussi un fort rayonnement diurne grâce à un ciel totalement dégagé et un vent très faible. Toutes les conditions sont donc réunies pour un échauffement important et cumulatif au fil de la semaine...

 

<< Cliquez sur l'image pour lire la suite du communiqué. 

Depuis quelques années, à chaque période de grands froids, les médias répandent les notions de température ressentie ou plus exactement (et juste scientifiquement) d'Indice de Refroidissement Eolien (équivalent du Windchill canadien). Ces notions de ressenti nous viennent d'ailleurs directement d'Amérique du Nord où cet indice a été développé pour la première fois par Paul Siple, célèbre explorateur de l'Antarctique et Charles F. Passel peu avant la seconde guerre mondiale. Réactualisé et affiné en 2001, il se popularise peu à peu en Europe et en France, notamment après la vague de froid de février 2012. Toutefois, attention aux raccourcis et aux prévisions "racoleuses" qui abusent de cet indice dans un but un peu plus sensationnaliste. ATMO-RISK vous propose donc d'en savoir un peu plus et vous fourni un tableau de valeurs pour estimer vous-même cet indice en fonction des conditions observées. 

article previ auto
 
Le quotidien La Provence révèle que Météo-France envisage de supprimer 475 postes et de fermer 32 centres météorologiques en France d'ici 2022. Il est probable qu'il ne reste à terme plus qu'une seule direction régionale de Météo France dans le Grand-Est (basée à Illkirch). Ce n'est pas beaucoup mieux dans les sociétés météo privées européennes qui se séparent également de leurs prévisionnistes. Ces nouvelles réductions d'effectifs viennent confirmer une tendance plus profonde, le métier de météorologue existera t'il encore dans 10 ans?